Marie Acard

A propos de moi

danse orientale seine maritime cours et stages

Professeure et chorégraphe de danse orientale en Normandie.

C’est en 2001 que je découvre la danse orientale auprès du professeur Evelyne Grenet, à l’université de Mont-Saint-Aignan. Quelques années aprés, je rejoins les cours puis la compagnie de Mina Zourhmari au Centre de Danse Germain de Rouen. C’est là que je décide, et ce grâce au financement du Conseil Général de la Seine-Maritime, de me former, auprés de Mina et d’autres professeurs, en France et à l’étranger (Leila Haddad, Assia Guemra, Gamal et Khaled Seif, Aladin El Kholy) pour devenir professeur de danse orientale.

Pour parfaire ma formation, j’obtiens le C-Q-P, diplôme reconnu par l’état et qui me permet de commencer à intervenir auprés de mon public en toute sécurité et avec les connaissances anatomiques et pédagogiques nécessaires à l’enseignement de la danse.

Au fil de mes années d’enseignement, je continue à évoluer en suivant cours et stages auprés de nombreux professeurs (Lolie, Feriel Rodriguez, Tito Seif…).

Ayant dédié mes premières années d’enseignement à la danse orientale « pure et dure », comme j’aime à l’appeler, je m’accorde aujourd’hui la liberté de la fusionner et de la réinterpréter à ma façon, créant, sans cesse, dans mes chorégraphies, de nouveaux univers, de nouvelles histoires, cherchant magie et poésie pour surprendre le public.

En 2016, je rencontre le professeur Kareem Gad qui me forme à la Tanoura, un art duquel je tombe éperduement amoureuse, dans lequel je me lance « corps et âme »,et qui me fera croiser la route d’autres fabuleux « derviches touneurs », comme l’incroyable Ziya Azizi.

J’intègre également en 2016 le Comité Régional Normand de la Fédération Française de Danse, entant que présidente de la commission Danses du Monde avec, pour objectif, de faire connaître et reconnaître la Danse Orientale et de réunir autour de moi une équipe de danseurs, chorégraphes et professeurs des Danses du Monde qui en feront de même pour leurs disciplines.

Mon nouveau rêve est aujourd’hui de faire connaître et de partager ma découverte de la Tanoura et des « danses derviches » en général.

Mon souhait est, plus que jamais, d’enseigner, de créer, d’interpréter… de pratiquer ma danse, avec une liberté totale.

Mon souhait est, plus que jamais, d’enseigner, de créer, d’interpréter… de pratiquer ma danse, avec une liberté totale.